Michel Delebarre, champion du cumul des mandats

logo-lerc.jpgDans un pays comme la France, cumuler est un sport national. Mais cumuler 26 mandats et fonctions, comme le sénateur maire PS de Dunkerque (Nord), est une performance qui laisse pantois. Portrait d'un phénomène. 

La France ne sait pas reconnaître ses talents. Michel Delebarre est un surhomme à côté duquel Shiva passerait pour un manchot et Nicolas Sarkozy, pour un moine contemplatif. On redoute d'être fastidieux, mais une petite énumération s'impose : le maire (PS) de la cité de Jean Bart est aussi président de la communauté urbaine de Dunkerque et sénateur du Nord. Comme cela lui laisse visiblement du temps libre, il préside une société HLM, une télévision, ainsi qu'une foultitude de syndicats mixtes spécialisés dans des joyeusetés aussi diverses que le développement économique, l'urbanisme, le port de plaisance ou les stations balnéaires. A ses heures perdues, il s'occupe également de l'assemblée des communautés urbaines de France tout en siégeant au conseil d'administration du conservatoire du littoral. Entre autres. Au total, ce surhomme concentre à lui seul 3 mandats et 23 fonctions! Et encore, certaines activités nous ont sans doute échappé... hollande-et-delebarre-4030471.jpg

Selon son entourage - l'intéressé n'a pas souhaité recevoir L'Express "pour parler de ce sujet sans intérêt" -, cela ne poserait aucun problème. "Il a une capacité de travail exceptionnelle, assure son directeur de cabinet, Hervé Alloy. Rendez-vous compte: il se lève tous les matins vers 5 heures, examine des dossiers chez lui avant d'arriver à la mairie vers 7h30. Il n'en repart que vers 20 heures et organise plusieurs dîners avec ses collaborateurs chaque semaine. Et pendant le week-end, il bosse encore, notamment le dimanche, où il vient signer des parapheurs!" 

Delebarre, c'est certain, est doté d'une belle intelligence. Il sait aussi aller vite et déléguer. "En tant qu'écologiste, je suis par principe opposé au cumul des mandats, mais je suis obligé de constater qu'il arrive à gérer ses multiples casquettes, témoigne Marcel Lefèvre, chargé de l'écologie urbaine à la mairie. Il laisse à ses adjoints une grande autonomie, tout en veillant à fixer la ligne politique et à rester informé." C'est un fait: à Dunkerque, la ville a un "patron" qui tient la boutique. 

Une journée par semaine consacrée à son mandat de sénateur

Aux yeux de ses administrés, la capacité de leur maire de collectionner les pouvoirs comme un écureuil des noisettes revêt même certains atours. Car Delebarre sait profiter de ses multiples fonctions pour avantager son territoire. Président de région de 1998 à 2001, il a fait venir dans sa bonne ville le fonds régional d'art contemporain (Frac). Ministre, il y a obtenu la création d'une antenne universitaire. Président du méconnu Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), il a localisé chez lui l'un de ses quatre instituts régionaux. Autant de choix correspondant à sa propre implantation électorale, très accessoirement à l'intérêt général. 

C'est un premier problème; ce n'est pas le seul. Si Delebarre est hyperactif à Dunkerque, il n'en va pas de même à Paris. "Lorsqu'il était président du CNFPT, c'étaient le directeur général et le directeur du cabinet qui, dans les faits, menaient l'institution, confie son actuel président, le socialiste François Deluga. Moi qui ne suis que maire, j'ai pu visiter nos 29 délégations régionales." Delebarre s'est également décommandé de la journée des présidents d'agglomération, qui s'est tenue le 27 mai à l'Assemblée nationale, à laquelle il devait participer en tant que président de l'assemblée des communautés urbaines de France. Membre du conseil d'administration du Conservatoire du littoral depuis février 2012, il a manqué les quatre réunions qui se sont tenues depuis cette date, où il s'est fait remplacer trois fois par son suppléant. 

Logique: l'homme fort de Dunkerque ne consacre à la capitale que les mardis et les mercredis. Deux jours qu'il met souvent à profit pour faire avancer "ses" dossiers. "Les trois quarts de son temps de présence au Parlement sont consacrés à des projets locaux", admet François Delagrange, qui fut longtemps l'un de ses principaux collaborateurs. Encore lui faut-il, pendant ces deux journées, caser ses autres activités parisiennes. Le résultat, c'est que Michel Delebarre ne consacre dans les faits qu'une journée par semaine à son mandat de parlementaire. Et ce, uniquement pendant les sessions. 

Verrouiller la politique locale

Faut-il, dans ces conditions, s'étonner de ses médiocres performances ? Député entre 2007 et 2012, il s'est "distingué" par la rareté de sa présence (1). Encore était-elle le plus souvent intéressée. Trois des cinq rapports qu'il a rédigés portaient sur la filière maritime, l'utilisation des cours d'eau transfrontaliers et la coopération sanitaire entre la France et la Belgique. Tandis que 21 de ses 27 interventions longues dans l'Hémicycle ont concerné... la réforme portuaire. 

Au Sénat, où il siège depuis septembre 2011, c'est un peu mieux. Bon connaisseur des questions locales, il a été désigné rapporteur de la commission des Lois à propos de la réforme de l'élection des conseillers généraux, ce qui lui a permis d'améliorer les statistiques de sa seconde année de mandat. Un "effort" qui ne l'empêche pas de figurer parmi les parlementaires les moins présents au palais du Luxembourg depuis deux ans... 

Ce cumul poussé à l'extrême a aussi pour inconvénient de verrouiller la politique locale. En concentrant tous les postes, non seulement il empêche un rival d'émerger, mais il bloque le débat. "Dans sa majorité, personne n'ose lui signaler que, parfois, il se trompe", remarque Pierre Yana, conseiller municipal MoDem. 

Cette situation fausse indirectement les élections. A Dunkerque, environ 2 500 personnes ont Michel Delebarre pour employeur. Plusieurs milliers d'autres en dépendent, qui pour un logement, qui pour une place en crèche, qui pour une subvention. "'La politique est affaire de gens libres'', disait la philosophe Hannah Arendt. Or, plus vous cumulez, plus les citoyens sont sous votre influence, moins ils sont libres", pointe son ancien adjoint Patrice Vergriete, passé dans l'opposition. 

Si Michel Delebarre n'est pas - et de loin - le seul à pratiquer le cumul, reste à comprendre pourquoi il s'y adonne avec une énergie qui ferait passer Rafael Nadal pour un tennisman nonchalant. L'argent ? Il n'y est visiblement pas indifférent. N'ajoute-t-il pas à ses indemnités d'élu (plafonnées à 8 872 euros par mois) une retraite de préfet qu'il empoche sans barguigner alors qu'il n'a jamais exercé la fonction? Sans oublier quelques menus jetons de présence en tant que représentant des collectivités territoriales au conseil d'orientation et de surveillance de la Caisse d'épargne Nord France Europe. 

Pourtant, selon la plupart des observateurs, là ne serait pas sa principale motivation. Non, lui, c'est le pouvoir qui le fait vibrer plus que tout. Et c'est ici qu'il faut s'aventurer sur les sentiers sinueux de la psychologie. Au tournant des années 1990, le plus bel avenir semblait promis à Delebarre: maire de Lille, président de région, Premier ministre... Las, pour des raisons diverses, ses trois rêves se sont évanouis. "Le costume de maire de Dunkerque est trop étroit pour un homme qui s'accorde un si grand talent et dont les ambitions étaient si vastes. De là vient sa volonté de faire d'autres choses", résume le conseiller municipal UDI Pierre Le Boeuf. 

Quoi qu'il en soit, et n'en déplaise à l'homme fort de Dunkerque, François Hollande a donc décidé de mettre un terme au cumul des mandats. Toutefois, on ne parierait pas que le président de la République ait profondément réfléchi au sujet. La preuve : en mai dernier - ce n'est pas si loin -, le chef de l'Etat a dû nommer un nouveau président à la tête de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine. Et qui croyez-vous qu'il désigna ? Un certain Michel Delebarre (2)... 

(1) Il se classe parmi les 150 derniers pour le nombre d'interventions longues dans l'Hémicycle, parmi les 100 derniers pour le nombre de semaines d'activité et la présence en commission, selon le site Nosdeputes.fr 

(2) Cette dernière fonction n'a volontairement pas été prise en compte dans notre enquête, arrêtée au 1er avril 2013. Ce qui n'empêche pas Michel Delebarre d'emporter haut la main le classement général. 

3 mandats et 23 fonctions!

Sénateur du Nord 

Maire de Dunkerque 

Président de la communauté urbaine de Dunkerque Grand 

Président du conseil de surveillance du centre hospitalier de Dunkerque 

Président du syndicat mixte pour le Scot de la région Flandre-Dunkerque 

Président de l'Agur, agence d'urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque 

Président de la Spad, société publique de l'agglomération dunkerquoise 

Président du SMCO, syndicat mixte de la Côte d'Opale 

Président de la S3D, société de développement du Dunkerquois 

Président de la Société coopérative de production d'HLM le Cottage 

Président de l'Association des communautés urbaines de France 

Président de l'association Cités unies France 

Président de TV Côte d'Opale 

Président de la Mission opérationnelle transfrontalière (MOT) 

Administrateur d'Amorce, association des collectivités et professionnels dans le domaine des déchets, de l'énergie et des réseaux de chaleur 

Président de l'Association des Flandres pour l'éducation de la jeunesse et l'insertion socioprofessionnelle 

Président de Dunkerque Promotion 

Président d'Entreprendre ensemble 

Président du Smaerd, syndicat mixte d'alimentation en eau de la région de Dunkerque 

Président de Dunkerque Neptune, organisme gestionnaire des ports de plaisance 

Président du syndicat inter- communal des Dunes de Flandres 

Président du réseau d'élus nordistes Rafhael 

Président du conseil de surveillance d'Oxalia, réunion de quatre bailleurs sociaux régionaux 

Président de la conférence de territoire du littoral 

Représentant des collectivités territoriales au conseil d'orientation et de surveillance de la Caisse d'épargne Nord France Europe 

Membre du conseil d'administration du Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres. 

Par Michel Feltin-Palas sur lexpress.fr



rassemblement citoyen promesse france politique magouille

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site