Syrie : la France et les Etats-Unis de plus en plus isolés

logo-lerc.jpgFrançois Hollande et Barack Obama voulaient profiter du G20 de Saint-Pétersbourg (Russie) pour élargir leur coalition favorable à une intervention militaire en Syrie après l'usage d'armes chimiques par le régime de Damas.

Mais le sommet s'est achevé vendredi 6 septembre sans progrès significatif sur ce dossier brûlant. La Russie, opposée aux frappes, n'a pas bougé d'un pouce et l'Allemagne a refusé de s'associer à un communiqué appelant à une intervention.

Francetv info revient sur cet échec diplomatique.2507337.jpg

La Russie campe sur ses positions

Pour le président russe Vladimir Poutine, la culpabilité de Damas dans l'attaque chimique du 21 août n'est pas établie. Le principal soutien de Bachar Al-Assad depuis le début de la guerre civile a profité de ce G20 pour annoncer qu'elle continuerait à soutenir son allié, même en cas de frappes.

"Vous voulez savoir si nous aiderons la Syrie ? Nous le ferons comme nous le faisons actuellement. Nous lui livrons des armes, nous collaborons dans le domaine économique", a déclaré Vladimir Poutine selon l'agence officielle Ria Novosti.

Un communiqué par défaut

Faute d'un accord commun, bloqué par la Russie, onze pays ont signé un communiqué sur la Syrie. L'Australie, le Canada, la France, l'Italie, le Japon, la Corée du Sud, l'Arabie saoudite, l'Espagne, la Turquie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis appellent à une"réponse internationale forte" après l'attaque chimique, "afin d'envoyer un message clair pour que ce genre d'atrocités ne se répète pas".

Le texte estime également que la responsabilité du régime de Bachar Al-Assad est"clairement" établie dans cette affaire. L'option militaire n'est pas clairement évoquée dans l'appel, mais les signataires jugent quand même que "le monde ne peut pas attendre indéfiniment".

La défection surprise de l'Allemagne

Après le non du Parlement britannique à une intervention en Syrie, le refus de l'Allemagne de signer ce communiqué commun est un nouveau revers significatif pour Barack Obama et François Hollande. Berlin est le seul pays européen membre du G20 à ne pas avoir signé cet appel.

Le ministre des Affaires étrangères allemand, à Vilnius (Lituanie) avec ses homologues européens, a précisé la position de Berlin. "Nous pensons qu'il est nécessaire d'attendre le rapport des experts de l'Onu en armes chimiques avant de prendre toute nouvelle décision (...) C'est l'appel que nous lançons à ceux qui évoquent ou envisagent des mesures militaires", a dit Guido Westerwelle.

Un message reçu par François Hollande. Offensif sur ce dossier depuis le 21 août, le président français a annoncé vendredi que la France attendrait finalement le rapport des inspecteurs de l'ONU pour se décider. Cela pourrait prendre deux à trois semaines.


Par Francetv info avec AFP et Reuters 

rassemblement citoyen politique syrie

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×